Logo QUB musique

Booba

Booba

Biographie

Surgi des Hauts-de-Seine en 1996 au sein du duo Lunatic, Booba a marqué le rap français au fer rouge dès ses premières apparitions. Né Élie Yaffa est né le 9 décembre 1976 à Boulogne-Billancourt d'un père sénégalais et d'une mère française, il grandit à Meudon-la-Forêt, puis s'installera plus tard au pont de Sèvres, à Boulogne-Billancourt… Séparé de son groupe au début des années 2000 et déjà disque d'or, il amorce avec son premier album solo Temps Mort (2001) une réussite discographique sans précédent. Maître du verbe, tirant ses balles vocales avec une éloquence que lui seul maîtrise, il marque rapidement la distance vis à vis d’une scène française sidérée par les techniques vocales et l'audace musicale de Panthéon (2003), son second opus solo. Aux commandes de son propre label Tallac Records, il enchaîne les prouesses, laisse « rappeurs et rappeuses désossés sur la chaussée » et compte déjà ses millions. Avec Ouest Side, qui sort en 2005, il apparaît détendu face à une concurrence folle de rage qu’il malmène à coup de punchlines au vitriol. Célébré ou détesté, il est devenu en quelques années l'étalon auquel le rap français tente désormais de se mesurer sans jamais l'atteindre. Le sale gosse qui rappait au milieu des 90’s que « seul le crime paie » est désormais un chef d'entreprise accompli, un artiste multi-platine adulé qui s'est taillé une place au soleil à la seule force de sa plume et d'une volonté sans failles. « Depuis Le crime paie, zéro défaite ! », rappait-il en 2005 sur le hit Garde la pêche... Si Booba atteint cet état de grâce, c'est qu'il n'est jamais resté immobile. Toujours à la pointe de son art, il n'a jamais cessé d'oser, de tester, de se remettre en cause pour frapper plus fort à chaque sortie. Annoncé par le single Illégal, un égotrip grandiose à la production audacieuse, 0.9 ne déroge pas à la règle et défriche une fois encore des terrains inédits, mélangeant expériences inattendues et productions de pointe. Epaulé à la production par Animalsons mais aussi par l'allemand Phrequincy (déjà responsable du hit underground 92izi en 2005), les Français Therapy et Dreamtouch, les Belges Street Fabulous ou Oneshot, il flirte ici avec des sonorités novatrices, repoussant ses propres limites autant que celles du rap français. Mélangeant les ambiances lugubres de Izi Monnaie ou Garcimore à des titres légers comme l'impeccable Bad Boy sur lequel il invite le prodige du reggae moderne DeMarco, il navigue ainsi entre les courants, signe d'une indépendance artistique rare dans un rap français qui se contente souvent de ressasser bien souvent des formules. Ne manquant jamais l'occasion de célébrer l'Amérique et son rap haut de gamme, Booba n'oublie pas pour autant son passé et le rap millésimé qui l'a fait grandir. A Izi life (feat. le crew 92i au complet) qui fait écho au dirty-south, ce rap moite venu du sud des Etats-Unis qu'il a contribué à populariser en France, répond alors le rétro-futuriste Salade tomate oignons qui ressuscite l'ambiance sauvage du rap des années 90… Mais, non content de distancer la majorité des MC français sur le terrain du rap pur, Booba confirme également son avance en s'aventurant avec Illégal ou R.A.S. sur le terrain peu fréquenté du rap chanté. Etendant brusquement son spectre musical en dévoilant une maîtrise vocale inédite chez un rappeur, il brouille ensuite les pistes et les courants avec King produit par les Américains BKS, une production déstabilisante sur laquelle il invite Rock City (nouveaux protégés du chanteur Akon avec lequel Booba a enregistré Gun In Hand). De manière plus étonnante encore, il pulvérise littéralement les frontières du rap avec l'ovni Pourvu qu'elles m'aiment, variation sur la gent féminine en forme de puissant hit electro-rock… Armé de refrains taillés au couteau, appuyé sur un verbe toujours riche dont il tire des images saisissantes entre réalisme crypté et cinéma urbain, Booba se révèle une fois encore virtuose du fond comme de la forme. A travers l'égotrip vengeur de Game over ou Marche ou crève, il embarque l'auditeur dans un voyage où tout est images, impressions et sensations, jeux de mots et sens cachés. Et si l'ambiance est à la guerre, un flingue dans une main, une bouteille de Jack Daniels dans l'autre, Booba conserve toujours une dose d'humour, ce sourire en coin qui nargue la concurrence tout en célébrant sa réussite. Mais cet égotrip sentencieux n'est jamais à sens unique, comme en atteste le chant solitaire Soldat (feat. Naadei) ou le brillant 0.9, introspection aussi violente que touchante qui referme l'album en donnant un relief surprenant à ce surhomme blessé. Et c'est aussi ça la force de Booba, cette capacité de déglinguer la concurrence en deux rimes pour évoquer, quelques titres plus loin, ses failles les plus invisibles. Traversé d'effets vocaux inédits et de pistes musicales encore vierges, 0.9 (nom donné à la cocaïne la plus pure disponible sur le marché. Un terme qui fait écho au rap de Booba, lui aussi pur et non coupé…), révèle ainsi sa complexité au fil des écoutes, étonne puis séduit par sa fougue, cette rage indéfectible mise au service d'une créativité qui semble désormais sans limites. Remettant son titre en jeu comme pour confirmer sa position de leader, l'indétrônable météore du rap français livre une fois encore un disque d'une cohérence, d'une inventivité et d'une technicité rares. Le 1er avril 2010, le rappeur annonce le titre de son cinquième opus, Lunatic, enregistré à Miami, et qui sort en novembre 2010 avec des featuring de Puff Daddy, Akon, T-Pain et Ryan Leslie. Deux ans plus tard, il enchaine avec Futur, sixième album studio conçu avec des réalisateurs francophones et américains, comme Therapy (2093 et 2031), MdL, Thomas Join-Lambert et Thomas Broussard, Vader et Melomayne. Côté featurings, le Duc de Boulogne convoque son compère Mala, le rappeur haïtien Gato, Kaaris et les rappeurs américains 2 Chainz et Rick Ross...