Logo QUB musique

Miriam Makeba

Miriam Makeba

Biographie

Miriam Makeba surnommée Mama Afrika et de son nom complet Zenzile Makeba Qgwashu Nguvama a eu une carrière bien remplie ! La sud-africaine naturalisée guinéenne, algérienne puis faite citoyenne d’honneur française en 1990 fût activiste politique sud-africaine et chanteuse d’ethno-jazz. Casquette multiple pour une chanteuse atypique et engagée aux racines douloureuses : une mère emprisonnée quelques jours après sa naissance, un père tué lors de ses cinq ans, et un apartheïd dans un pays déjà déchiré. Interdite d’école à 16 ans en raison du système anti-noir, elle devient bonne pour enfants avant de découvrir son talent et de chanter avec les Cuban Brothers. Elle prend pour nom de scène Miriam en même temps qu’elle intègre le groupe des Manhattan Brothers. Ses textes sont une occasion de dénoncer l’apartheïd et écrit en 1956 la chanson Pata, Pata qui sera un succès mondial. Saluée par sa présence dans Come Back Africa, elle quitte son pays pour une tournée internationale et se trouve en même temps contrainte à l’exil en raison de ses positions militantes. Elle séduit l’Amérique avant d’être boycottée par sa maison de disque parce que mariée à un leader des Black Panthers. Contrainte par la force des choses à l’exil, elle s’installe cette fois en Guinée. Symbole de la lutte anti-apertheïd, Miriam Makeba n’a pas d’amertume mais incarne au contraire une dignité à toute épreuve, et ce jusque dans ses chansons. En 1966, Makeba reçoit un Grammy Awards pour An evening with Harry Belafonte and Miriam Makeba, avant d’être décorée par la France du titre de Commandeur des Arts et Lettres, et de devenir citoyenne d’honneur en 1990. Elle rentre dans son pays suite à la demande de Mandela. Récompensée pour sa lutte, elle est nommée Ambassadrice de bonne volonté par la FAO. Elle décède en 2008 après un concert de soutien à Roberto Saviano traqué par la mafia italienne. © TDB/QOBUZ