Logo QUB musique

Ornette Coleman

Ornette Coleman

Biographie

Un grand pionnier du free jazz et une figure majeure de l’avant-garde musicale du XXe siècle ! Miles Davis l’avait publiquement traité de fou. Leonard Bernstein le trouvait pour sa part génial. Rare furent ceux qui n’avaient pas une opinion tranchée sur le cas Ornette Coleman. Sorte de hors-la-loi préférant jouer ses propres compositions que les standards de jazz, il développa également l’harmolodie, théorie unissant harmonie et mélodie. Coleman restera comme un défricheur, un empêcheur de tourner en rond qui influencera des légions de musiciens…Né le 9 mars 1930 à Fort Worth au Texas, Coleman commence à jouer du bebop et du rhythm’n’blues au saxophone ténor d’abord, se produisant notamment avec Prince Lasha et Charles Moffett. Il passe à l’alto après une agression au cours de laquelle son ténor est détruit. Il intègre le groupe de Pee Wee Crayton avec lequel il part en tournée à Los Angeles. Son jeu atypique, moins rigide que celui de ses confrères, l’empêche pourtant de trouver des musiciens avec qui jouer. Mais ce style intrigue et trouve tout de même des soutiens (parmi lesquels le pianiste Paul Bley). En 1958, le label Contemporary le signe et lui fait enregistrer son premier disque Something Else!!!!: The Music Of Ornette Coleman avec le trompettiste Don Cherry, le batteur Billy Higgins, le contrebassiste Don Payne et le pianiste Walter Norris.Ornette Coleman enchaine un an plus tard avec Tomorrow Is The Question! (quel titre!) avec le batteur Shelly Manne mais surtout sans aucun pianiste, choix singulier pour l’époque qu’il conservera jusque dans les années 90. Charlie Haden intègre alors le clan de ses proches collaborateurs qui comprend notamment Don Cherry et Billy Higgins (tous ex-complices de Bley !). En cette même année 1959, il signe chez Atlantic Records. La première copie qu’il rend pour le label n’est pas qu’un simple pavé dans la mare de l’avant-garde du jazz mais dans le jazz tout court ! Arrogance de son titre, regard un brin sûr du jeune saxophoniste âgé alors de 29 ans (la photo de la pochette est signée William Claxton), compositions exclusivement originales, The Shape Of Jazz To Come chahute l’harmonie, se passe de pianiste et ose des prises de liberté jusqu’ici inédite. Le free prend forme… Avec ses quasi-frères Charlie Haden, Don Cherry et Billy Higgins,