Logo QUB musique

Sir Adrian Boult

Sir Adrian Boult

Biographie

La carrière de Sir Adrian Boult s’est principalement déroulée en Angleterre, même s’il a été invité dans d’autres pays à la tête d’orchestres fameux. Ennemi du vedettariat qui commençait à s’emparer de la musique classique, cet homme modeste était un bâtisseur d’orchestre doublé d’un fervent défenseur de la musique anglaise. En 1919, il remplace Ernest Ansermet comme directeur musical des Ballets Russes de Diaghilev et doit maîtriser 14 nouvelles partitions de ballets en très peu de temps. Il a 35 ans lorsque, en 1924, il devient directeur musical de l’Orchestre de la Ville de Birmingham qu’il va porter à un haut niveau d’excellence. Nommé directeur de la BBC en 1930, il fonde alors l’Orchestre Symphonique de la BBC qui deviendra rapidement un des meilleurs du pays. Forcé de le quitter l’âge de la retraite venue, il devient, en 1950, le chef de l’Orchestre Philharmonique de Londres.Sir Adrian Boult dirige jusqu’à un âge avancé, période de son âge mûr généralement qualifiée d’ « Indian Summer » (Eté indien) par ses admirateurs. C’est à cette époque, dans les années 1970, qu’il enregistre de très nombreux disques pour EMI et pour DECCA qui bénéficient des derniers progrès en matière de prise de son. Ce grand chef britannique a dirigé une grande quantité de premières mondiales de compositeurs anglais, tels que Les Planètes de son ami Gustav Holst et d’œuvres d’Elgar, Bliss, Britten, Delius, Rootham, Tippett, Vaughan-Williams et Walton. Il a aussi largement programmé les œuvres nouvelles de compositeurs étrangers lors de son activité à la BBC, en soutenant la musique de Bartok, Berg, Stravinsky, Schönberg et Webern.Dans sa jeunesse aisée, Boult avait suivi les concerts des plus grands chefs invités à Londres, y compris certains compositeurs comme Richard Strauss ou Claude Debussy. Mais c’est Arthur Nikisch qu’il admire particulièrement et dont il suit les répétitions pendant ses études à Leipzig. Plus que la musicalité propre du chef allemand, c’est surtout sa façon de s’adresser à ses musiciens avec une économie de paroles et une efficacité qui fascine le jeune Anglais.La renommé grandissante de l’Orchestre de la BBC attire à Londres les plus grands chefs d’orchestre de l’époque, Strauss, Weingartner, Bruno Walter, Koussevitzky, Ansermet, Mengelberg ou Toscanini. Plus tard, son travail avec l’Orchestre Philharmonique de Londres a grandement remonté le niveau de cet ensemble, si prestigieux aujourd’hui, dont la qualité s’était effritée au fil des ans.Après la mort de Sir John Barbirolli en 1970, Boult fut considéré comme le dernier survivant d’une grande lignée de chefs anglais. C’est au cours de ces années que Boult va réaliser toute une série d’enregistrements consacrés à Brahms, Wagner, Schubert, Mozart et Beethoven.Sa direction était marquée par un infaillible sens de l’équilibre et un grand soin des nuances. Il devenait particulièrement inspiré lorsqu’il dirigeait la musique de ses amis, se sentant alors investi d’une véritable mission. Sir Adrian Boult a enseigné la direction d’orchestre au Royal College of Music en prenant le temps de se consacrer aux jeunes hommes venus lui demander conseil, comme Colin Davis, James Loughran ou Richard Hickox.Sir Adrian Boult adorait enregistrer des disques et se sentait parfaitement à l’aise dans les studios, contrairement à bon nombre de ses confrères. Il a beaucoup travaillé pour EMI et également pour DECCA dans la dernière période de sa vie.                                  © François Hudry/QOBUZ/mars 2018