Logo QUB musique

The Rolling Stones

The Rolling Stones

Biographie

Groupe de rock britannique, The Rolling Stones s'est formé en 1962 à Londres sous l'impulsion du guitariste Brian Jones (Lewis Brian Hopkins Jones né en 1942) qui a réuni autour de lui le pianiste Ian Stewart (né en 1938), le chanteur Mick Jagger (Michael Philip Jagger né en 1943) et le guitariste Keith Richards (né en 1943). Tous côtoient Alexis Korner, à l'époque le pape du blues britannique. C'est Brian Jones qui a baptisé le groupe du titre d'une chanson de Muddy Waters, Rollin' Stone. Leur premier concert a lieu le 12 juillet 1962 au Marquee Club à Londres avec Tony Chapman à la batterie et à la basse Dick Taylor (qui formera en 1963 les Pretty Things). Le batteur Charlie Watts (Charles Robert Watts né en 1941) et le bassiste Bill Wyman (William George Perks né en 1936) les remplaceront bientôt et se joindront à leur tour au quatuor initial en janvier 1963. Jagger et Richards s'imposeront très vite comme auteurs-compositeurs à la place de Brian Jones trop inconstant dans son travail pour raisons sentimentales et addiction à la drogue. Ian Stewart, jugé trop vieux et peu branché sur les préférences de l'époque, est écarté en 1963 par le manager du groupe Andrew Loog, mais il continuera à collaborer avec les Stones comme régisseur de tournée, chauffeur et claviériste jusqu'à sa disparition en 1985. À la même époque, les Rolling Stones sont recommandés par George Harrison (le guitariste des Beatles) à un directeur artistique de Decca, Dick Rose, resté dans les mémoires pour avoir refusé de faire entrer les Beatles dans son écurie. C'est donc en juillet 1963 que sort leur premier single, Come on qui sera suivi de I Wanna Be Your Man, un nouveau succès, et de la reprise de Buddy Holly, Not Fade Away. Les premiers enregistrements des Rolling Stones sont d'abord dédiés à des reprises de blues -source d'inspiration principale du groupe- qu'ils contribueront à ranimer à travers le mouvement artistique « Bristish Blues Boom » (inséparable de l'histoire du rock et de la pop anglaise), ainsi qu'à des rhythm and blues américains. C'est au mois d'avril 1964 qu'est lancé le premier album éponyme du groupe, The Rolling Stones I où l'on voit apparaître pour la première fois le pseudonyme "Nanker Phelge", nom collectif désignant une composition réalisée par tous les membres du groupe. D'abord populaires au Royaume-Uni, les Stones deviennent célèbres aux États-Unis. Alors que sort en janvier 1965 leur deuxième album éponyme, The Rolling Stones II, Mick Jagger et Keith Richards publient deux compositions communes très peaufinées : The Last Time en février et (I Can't Get No) Satisfaction en juin : la première atteindra la première place dans les meilleures ventes britanniques, la seconde les fera connaître dans le monde entier. En septembre, même déferlante pour leur troisième album Out of Our Heads et leur nouveau single Get Off of My Cloud. À partir de 1966 et de l'album Aftermath (en avril), dont tous les titres sont originaux, les chansons de Jagger et Richards présentent une instrumentation (réalisée par Brian Jones) tout à fait inhabituelle dans le rock par l'introduction de sonorités comme celle du sitar. Dès lors, le groupe s'éloigne de ses racines blues et s'oriente vers une diversité stylistique dont il gardera le cap. Durant cette année-là, les Stones empilent les succès : 19th Nervous Breakdown (février), Paint it, Black (mai), Mother's Little Helper (juin) et Have You Seen Your Mother, Baby, Standing in the Shadow ? (septembre). Mais le groupe va bientôt s'effriter. Il est accusé d'abus de drogues que l'on retrouve au domicile de Keith Richards qui achèvera de mettre à mal le clan en chipant à Brian Jones sa petite amie Anita. Jagger, Richards et Jones sont condamnés à de la prison ferme, peines commuées en amendes. C'est dans ce climat détestable qu'est publié en décembre 1967 Their Satanic Majesties Request. En 1969, Brian Jones est expulsé du clan et disparaît peu de temps après, noyé dans la piscine de sa maison du Sussex. Lors du concert à Hyde Park en hommage à l'artiste, les Stones sont salués comme le plus grand groupe de rock du monde. En décembre ils connaîtront un nouveau triomphe avec Let it Bleed. Mick Taylor remplace Brian Jones jusqu'en 1974 ; la longue période de sa collaboration au sein du groupe sera celle de l'apogée des Rolling Stones, en raison de la virtuosité du guitariste mais aussi de la disparition des Beatles qui leur permet d'occuper le devant de la scène mondiale. La place vacante que laisse Mick Taylor est reprise, et toujours occupée actuellement, par Ronnie Wood ; l'ancien guitariste des Faces jouera un rôle important en venant à la rescousse de Keith Richards de plus en plus asservi à l'héroïne. Les années soixante-dix leur apporteront encore de beaux succès : l'album «live» Get Yer Ya-Yas Out ! (1970), Sticky Fingers (1971), Exile on Main St. (1972) considéré comme l'un de leurs plus grands disques et enregistré en France à la suite de leur exil pour raisons fiscales, Goats Head Soup (1973) dont la chanson Angie est un tube mondial, It's Only Rock'n'Roll (1974), Black and Blue et Love You Live (1976), Some Girls dont le nouveau tube Miss you (1978). Malgré des tensions entre Richards et Jagger, les années quatre-vingt livreront Emotional Rescue (juin 1980), Tattoo You (août 1981), Still Life ("live", 1982), Undercover (novembre 1983). L'année 1985 est marquée par le décès de Ian Stewart à la suite d'une crise cardiaque, en plein enregistrement de Dirty Work (mars 1986) qui marque encore une période difficile comme le suggère le titre de l'album. Mais Steel Wheels sorti en août 1989 ouvre un épisode de renouveau qui verra les Stones unis et retrouver un second souffle ensemble dont le public sera témoin lors des tournées qui ont suivi. En 1993, c'est au tour de Bill Wyman de quitter le groupe ; il sera remplacé par Darryl Jones. Nouveau changement qui n'empêche pas les Rolling Stones de signer en 1994 un énième succès, Voodoo Lounge, qui vient confirmer leur retour gagnant. En 2002-2003, leur tournée mondiale à l'occasion du 40e anniversaire du groupe les fait renouer avec la gloire. En 2012, c'est la célébration des 50 années de leur carrière avec un coffret "Best of" de 3 CD GRRR! agrémenté de deux nouvelles chansons enregistrées au mois d'août, Doom and Gloom et One last shot. En fin d'année sont programmés deux concerts à Londres et deux autres à New York qu'ils ont répétés dans un studio près de Paris. Malgré leur image de mauvais garçons, les Rolling Stones reçoivent honneurs et consécration. Ils sont entrés au "Rock and Roll Hall of Fame" en 1989, leur album Voodoo Lounge (1994), disque certifié double platine, remporte le "Grammy Award" du meilleur album rock, et Mick Jagger est anobli par la reine d'Angleterre en 2003. Leur bilan : plus de 22 albums studio au Royaume-Uni et 24 aux États-Unis, 8 albums "live" et 9 aux États-Unis, plus 32 compilations. En 1990, le groupe estimait avoir vendu plus de 200 millions d'albums dans le monde. Huit fois de suite, ils se hisseront à la première place des hit-parades (Etats-Unis comme Royaume-Uni) ; dans le Billboard Hot 100, ils seront à la deuxième en nombre de succès (Etats-Unis), et dans le magazine Rolling Stone en quatrième position dans la liste des 100 plus grands artistes de tous les temps. Aujourd'hui, le noyau dur du groupe est composé de Mick Jagger, Keith Richards, Charlie Watts et Ronnie Wood. © Qobuz (11/2012)