Logo QUB musique

Wolfgang Sawallisch

Wolfgang Sawallisch

Biographie

Né le 26 août 1923 à Munich, Wolfgang Sawallisch étudia au Wittelsbacher-Gymnasium et à la Hochschule für Musik locale. Son apprentissage du piano fut interrompu par la guerre durant laquelle il servira l'armée allemande comme opérateur radio en Italie. A la fin du conflit, il entre comme répétiteur à l'opéra d'Augsburg en Bavière. C'est là qu'il décroche ses galons de chef. Son activité dans le domaine lyrique en fait un directeur musical à Aachen (1953-1958), Wiesbaden (1958-1960) et Cologne (1960-1963).Très jeune, Sawallisch attire l'attention pour son style (« Sa battue est aussi claire et simple que celle de Knappertsbusch », dira Walter Legge). Le succès suit, d'abord à la Philharmonie de Berlin ainsi qu'au prestigieux Festival de Bayreuth où il sera l'un des plus jeunes chefs à diriger. Le succès ne lui monte pourtant guère à la tête et il refuse des offres venant du Metropolitan Opera de New York et du Staatsoper de Vienne, déclarant ne pas avoir assez d'expérience ! Un choix d'autant plus osé pour son avenir que les invitations proviennent alors d'Herbert von Karajan pour Vienne et Rudolf Bing pour New York !Sawallisch préfère clairement poursuivre trois carrières simultanées. Il est chef principal à l'Orchestre Symphonique de Vienne (1960-1970), directeur musical de l'Orchestre Philharmonique de Hambourg (1961-1973) et directeur artistique de l'Orchestre de la Suisse Romande (1973-1980). Parallèlement, il fait aussi quelques escales à Tokyo pour l'Orchestre de la NHK Orchestra, en France à l'Orchestre de Paris et en Israël avec le Philharmonique local. Des faits d'arme qui s'étofferont avec une décennie de direction musicale à l'Orchestre de Philadelphie (1993-2003), à la suite de Riccardo Muti.Mais c'est l'Opéra d'État de Bavière qui restera LA maison de Sawallisch. Directeur musical des lieux de 1971 à 1992, il y dirigera plus de 1150 représentations ! Notamment toute l'ouvre de Strauss (à l'exception de Salome). Bien qu'elle fût cantonnée à la musique de chambre et aux récitals de lied, l'activité purement pianistique du maestro bavarois fut elle aussi d'un haut niveau. Sawallisch accompagnera notamment Elisabeth Schwarzkopf, Hermann Prey, Dietrich Fischer-Dieskau, Margaret Price et Thomas Hampson, et jouera au piano l'intégralité du premier acte de Die Walküre, un soir de 1993, lorsqu'une tempête de neige empêcha l'orchestre de Philadelphie d'être présent !Au disque, Wolfgang Sawallisch signera des centaines d'enregistrements. Il avait une affection particulière pour son Capriccio de Strauss avec Schwarzkopf et Fischer-Dieskau, les concertos pour piano de Mozart avec Annie Fischer et ses symphonies de Schumann avec la Staatskapelle de Dresde. Une discographie assez classique en terme de répertoire et qui ne reflétait pas totalement son ouverture d'esprit à la scène. Notamment en matière de musique contemporaine. A la fin des années 70, il dirigea en effet plusieurs créations comme celles des compositeurs américains Aaron Jay Kernis et Jennifer Higdon.Wolfgang Sawallisch est décédé le 22 février 2013 dans sa maison de Grassau, en Bavière. La nouvelle a été communiquée par l'Opéra d'État de Bavière dont il a été durant vingt ans le directeur ainsi que le directeur musical. Considéré comme l'un des plus grands chefs d'orchestre de la seconde moitié du XXe siècle, il était âgé de 89 ans. Le pharmacien : c'est le sobriquet qu'on lui donna à la Scala de Milan en raison de son visage austère et ses lunettes mais aussi de sa précision du détail. Une facette d'humilité qui restera liée à sa personnalité, lui grand serviteur de répertoires aussi charismatiques que ceux de Strauss et Wagner. La grande Elisabeth Schwarzkopf avec qui il travaillera disait de lui : « Il ne se prend jamais pour une star. Il veut juste faire de la musique sans entrave. C'est une sensation merveilleuse. Comme si vous étiez en privé. »